Crédit immobilier quelques astuces pour réaliser des économies

0 61

Quels sont les réflexes à adopter lors des négociations d’un crédit immobilier ? Comment réduire le coût total du financement ?

Ne pas uniquement se focaliser sur le taux

L’accès à la propriété est une belle aventure qui ne doit être abordé à la légère. La question du financement doit être posée et analysée sous toutes les coutures.  L’achat d’un bien va représenter une nouvelle charge pour le ménage emprunteur, il est donc nécessaire d’optimiser ce financement.

Lors des négociations portant sur les dispositions du crédit immobilier, le taux d’intérêt n’est pas la seule variable à prendre en compte. Bien qu’il détermine le coût total du financement, il est possible de réduire la facture en ajustant d’autres points du contrat.

Il existe un point important qui permet de réaliser de belles économies et qui mérite d’y passer du temps : l’assurance emprunteur. Ce contrat permet de couvrir l’emprunteur en cas de décès ou d’invalidité de ce dernier. En souscrivant une assurance de prêt, le capital emprunté sera assuré.  Une telle assurance n’est pas obligatoire mais dans les faits, elle est fortement exigée par les établissements prêteurs. Le choix du contrat est primordial car le coût global d’une assurance peut vite s’élever à plusieurs milliers d’euros.

Généralement, la banque va proposer sa propre assurance, il s’agit de l’assurance de groupe. Celle-ci s’oppose à la délégation d’assurance qui permet de souscrire un contrat auprès d’une compagnie alternative. Entre une offre de groupe et une offre alternative, le montant peut varier du simple au double. La délégation peut être employée lors de la souscription de l’offre de crédit, puis pendant un délai de 12 mois (loi Hamon).

Pensez à l’assurance de prêt et l’assurance habitation

Cependant, lors des discussions, le conseiller bancaire va se montrer enclin à la négociation si les clients s’engagent pour une assurance de groupe. Cela peut être l’occasion de profiter d’un avantage (frais offerts, par exemple) puis de changer le plus tôt possible d’assurance afin de réaliser de économies.

Les gestes commerciaux peuvent également être obtenus en ouvrant de nouveaux produits financiers. Par exemple, la signature d’une assurance-vie ou l’ouverture d’un compte épargne pour les enfants pourront faire pencher la balance en faveur des emprunteurs. L’acquisition d’un bien immobilier va nécessiter d’assurer le logement en cas de sinistre. Là encore, la souscription d’une assurance habitation directement auprès de la banque pourra pencher en faveur des clients. Une fois de plus, l’assurance-habitation pourra facilement être résiliée par la suite.

Les économies ne se réalisent pas uniquement lors de la signature du contrat de prêt. Elles peuvent également être anticipées. C’est notamment le cas pour le transfert de prêt. Il s’agit d’une clause qui permet de conserver les conditions initiales du crédit en cas de revente et d’achat d’un nouveau bien. Cette clause est particulièrement utile si entretemps, les taux d’intérêts ont grimpé. Le transfert de prêt va éviter de régler les indemnités de remboursement anticipé (IRA) ainsi que les frais inhérents au nouveau financement.

D’ailleurs, avant de souscrire le crédit, il peut être opportun de demander la suppression des IRA. Sans cette clause, les emprunteurs disposant de liquidités suffisantes pourront anticiper le remboursement de leur crédit et, de telle sorte, réduire la durée d’emprunt.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.